Rencontre avec Sébastien Pineau

Directeur Technique au Château Charmail

        

Comment Sébastien Pineau en est-il arrivé à introduire l'approche de la physique quantique dans la production de ce Cru Bourgeois du Haut-Médoc ?

Entretien avec un précurseur.

Qu'est-ce-qui vous a amené dans votre parcours, à vous intéresser à l'approche de l'énergie au sens large et à la physique quantique ?

Lorsque j'étais au lycée, j'avais le père d'un ami à moi qui magnétisait, et déjà à l'époque je me disais qu'il faudrait faire quelque chose avec lui pour "traiter" les vignes. J'avais imaginé travailler sur l'eau - même si je ne savais pas que la mémoire de l'eau existait - avec laquelle on pulvérisait les vignes, pour ne plus avoir besoin de mettre de produits. J'avais 16 ans. Puis tout ça m'est un peu sorti de la tête.

Mais voilà que depuis 7-8 ans, ici sur le vignoble, nous avons mis en place une agriculture plus biologique. Deux solutions se posaient à nous : soit on remplaçait les fongicides de synthèse par des fongicides un peu moins de synthèse, mais qui le restaient quand même, soit on allait vers une approche globale en essayant d'améliorer la qualité des écosystèmes et de la plante elle-même.

J'ai rencontré une personne, Fernando, qui concevait des plateaux en céramique servant à élever le taux vibratoire de la terre, donc du sol, et en même temps de la vigne. Nous avons commencé à faire des essais sur 1 ou 2 hectare(s) : nous avions des raisins de meilleure qualité. Aujourd'hui, cette approche est développée sur l'intégralité du vignoble.

Je me suis alors dit "c'est bien, on commence à avoir une démarche énergétique au vignoble", et là, j'ai commencé à aller plus loin : lire des livres, aller à des conférences, qui parlaient notamment de physique quantique. L'idée de transposer l'approche énergétique sur le vin a naturellement suivi.

Avec Fernando, on a donc commencé à "dynamiser" du vin avec des outils à base de quartz pour structurer l'eau dont on se sert pour remplir le pulvérisateur qui va servir à traiter les vignes. Pour le vin, nous avons essayé plusieurs solutions. Soit plonger un petit quartz directement dans les barriques, soit dans les raccords à chaque fois qu'on pompe le vin, ou dans les cuves.

Nous avons eu des résultats assez intéressants, notamment au niveau aromatique. On avait une meilleure attaque en début de bouche, une meilleure protection de l'oxydation. Par contre, nous avions une finale un peu sèche. C'était mieux que sans, mais ce n'était toujours pas ça. En fait, nous mettions en déséquilibre l'élément "eau" du vin. Après nous avons donc eu l'idée de rajouter les plateaux, les mêmes que ceux qu'on utilisait pour le sol. Nous équilibrions ainsi l'élément "terre" et l'élément "eau".

Vous parliez tout-à-l'heure de quantique :  qu'est-ce-qui confère l'aspect quantique à votre démarche ?

Les plateaux sont canalisés par Fernando, pour le dire de manière simplifiée. Et je me suis aperçu que j'arrivais moi-même à magnétiser, assez facilement. Je me suis formé auprès de Fernando pour éviter de faire des bêtises. C'est une personne très éveillée au sens spirituel. En fait, pour positionner les plateaux dans la vigne, il faut un pendule et je ne m'en étais jamais servi ! Du premier coup, j'ai trouvé les points. J'ai donc décidé d'aller plus loin et de me mettre à magnétiser les cuves de vin par exemple.

De quelle manière vous les magnétisez ?

Au début je mettais mes mains sur la cuve et je me concentrais sur l'information que je voulais envoyer, mais au bout de quelques semaines, la cuve revenait à ce qu'elle était avant. J'ai donc travaillé ensuite sur les corps du vin, c'est-à-dire les déséquilibres, toujours par magnétisme. Là, les résultats étaient déjà plus satisfaisants. Ce qui est intéressant, c'est qu'en s'appuyant sur la physique quantique, on peut travailler sur ce que l'on veut. Mais cela demande beaucoup de travail et de temps.

Lorsque vous magnétisez, puisqu'il est possible d'utiliser différents niveaux d'énergie, vous utilisez votre propre énergie comme le font certains magnétiseurs, celle du produit vivant, ou vous canalisez une énergie "extérieure" ?

Je canalise une énergie extérieure à moi et au produit, et je fais bien attention de canaliser par le haut et par le bas. Avant je canalisais trop par le haut, et ça déséquilibrait le vin.

Donc vous faites intervenir l'énergie de l'Univers (le haut) et l'énergie de la Terre (le bas) dans vos intentions ?

Oui, les deux. Je suis vraiment sur les éléments. Même si je ressens l'énergie du vin pour savoir où ça "coince".

Une fois que vous aviez trouvé vos marques, comment avez-vous développé un peu plus votre approche ?

Je me suis donc rapproché de Fernando, la personne qui nous fait les plateaux et les "outils" en quartz, afin de développer ensemble d'autres réflexions, d'autres plateaux pour toutes les étapes du vin. A chaque étape, un plateau bien spécifique.

En fait vous élaborez une sorte de cahier des charges, afin qu'un plateau soit conçu avec une certaine vibration en fonction de votre intention ?

Oui, nous avons surtout réfléchi en terme d'étapes. On a conçu par exemple un plateau pour la fermentation alcoolique, ou encore l'élevage du vin. Nous définissons les points clefs pour mettre ce dernier dans un état vibratoire particulier. Pour l'élevage du vin, nous cherchons à limiter les contraintes thermiques, ainsi que celles des champs magnétiques.

On fait aussi des essais, par exemple pour les goûts de bouchon.

Si vous réussissez à développer cette approche encore atypique dans votre domaine, c'est que le propriétaire vous a laissé carte blanche.

Oui, il m'a laissé faire. J'ai fait énormément de tests et de dégustations avec lui. Et ce qui convient au propriétaire, ce sont les résultats. Lui, ce qu'il voit, c'est que les vins sont meilleurs, qu'il y a un environnement plus favorable pour tout le monde. Et cela ne lui coûte pas beaucoup plus cher, si nous ramenons le prix des plateaux à la bouteille !

D'avoir positionné ces plateaux un peu partout, au vignoble, dans les chais, a eu quel effet sur l'ambiance ?

La vibration du lieu a vraiment changé depuis qu'on travaille comme ça. Les plateaux ont eu pour effet d'augmenter l'état vibratoire du vin, mais aussi du lieu et des gens. L'interaction avec le vivant est plus forte.

Comment vos collaborateurs voient-ils cette démarche ?

Même s'ils se sont beaucoup interrogés au début, on les a impliqués en leur faisant goûter le vin. Ils me voyaient débarquer avec mon pendule, magnétiser les cuves. Mais ils ont bien vite compris que lorsqu'ils avaient mal quelque part, je pouvais leur faire un soin ! Les gens sont plus ouverts à l'énergétique lorsqu'il y a des résultats. Maintenant, les salariés viennent me voir pour me parler d'articles qui sortent dans la presse sur les énergies, ou d'émissions qu'ils ont vues à la télé. Ils commencent à comprendre ce qui se passe lorsqu'ils vont voir un ostéopathe un peu "différent"...

Est-ce que toute cette démarche fait partie de votre canal de communication (sans jeu de mots !) ?

Pour l'instant non. Par contre lorsque je reçois des clients sur le site, je leur en parle.

Comment vos homologues, dans ce milieu quand même très ancré, accueillent-ils votre approche ?

Le plus compliqué en effet n'est pas de convaincre le consommateur, mais mes confrères. Souvent, tout de suite, ils me lancent "moi je suis cartésien". Alors je leur parle de science et de physique quantique pour qu'ils comprennent. Ils sont surpris quand ils voient les résultats. Car pour la plupart, si je ne leur fais pas une dégustation de leur vin avec et sans plateau, ils ne vont pas du tout adhérer au principe. Mais quand ils font la dégustation, ils reconnaissent qu'il se passe quelque chose ! Je reste dans la physique pour mes explications, ou la biorésonnance quantique, le fait que tout être vivant reçoit et émet des états vibratoire. Je ne mets pas en avant le côté spirituel, sauf si je les sens prêts.

C'est par la physique quantique qu'on explique que la conscience humaine interagit avec tout ce qu'il y a autour.

Il n'y a donc pas que les plateaux qui interagissent avec le vin, également votre conscience et votre intentionnalité. Par exemple lorsque vous magnétisez une cuve.

Il y a un viticulteur en Bourgogne qui dit parler à ses vignes. Au-delà donc de l'énergétique et de la canalisation des plateaux, quelqu'un qui voudrait interagir avec le vivant mais qui ne croirait pas aux plateaux, pourrait déjà mettre sa conscience dans son travail, de la vigne jusqu'à la barrique. On pourrait donc avancer que nos niveaux de conscience sont capables de faire augmenter le taux vibratoire d'un vin. Il faut savoir que le végétal réagit extrêmement bien à la conscience humaine. La vigne vous rend dix fois ce que vous lui donnez.

 

 

 

Quel sera votre champ de recherches pour l'avenir ?

Aller encore plus loin, améliorer les outils en place, en faire d'autres, travailler en amont sur le bois avec les tonneliers.

J'aimerais ainsi un jour pouvoir transformer le vin en élixir, c'est-à-dire un liquide stable qui ne peut pas se dégrader, et lui redonner une autre fonction, peut-être plus en lien avec le soin.

Pour moi, l'idée, dans le peu que je puisse faire, c'est d'aider la conscience humaine et ne pas garder les idées pour moi...

recueil des propos & photos Séverine Camus

novembre  2019

  • Facebook Social Icône
  • Youtube
  • LinkedIn Social Icône
  • Icône social Instagram

Politique de confidentialité :

sverinecamus-lesite.com est hébergé sur la plateforme Wix.com, permettant d'avoir accès aux informations et services proposés par le site et échanger sur messagerie dédiée. Vos données peuvent être stockées par le biais du stockage de données, des bases de données et des applications générales de Wix.com, sur des serveurs sécurisés derrière un pare-feu.

Lorsque vous remplissez un formulaire sur ce site web, les informations personnelles que vous transmettez, telles que votre nom, prénom, adresse et adresse e-mail, ne seront utilisées que pour la communication des informations et l'accès aux services relatifs à ce site, et aux fins suivantes :

  1. Fournir et exploiter les services proposés sur severinecamus-lesite.com.

  2. Contacter les abonnés et souscripteurs depuis la messagerie de severinecamus-lesite.com.

  3. Créer des données statistiques de severinecamus-lesite.com.

  4. Se conformer aux lois et règlements applicables.