Rencontre avec Sonia

une vision de la "canalisation" et du "chamanisme" sous les couleurs de la Colombie (tout petit extrait...)

Dominique est une habituée du chamanisme d'Afrique et d'Amérique Latine. En ce mois de juillet, elle me fait un cadeau : rencontrer son amie Sonia qui vient pour la première fois en France.

Sonia appartient au monde de celles et ceux qui font le lien entre plusieurs Mondes. En France, on la dirait "medium" et un zeste "chamane". J’étais curieuse d’avoir sa vision sur la canalisation et le chamanisme colombien, en sortant des clichés occidentaux.

5 heures d’entretien en Espagnol, parfois sous la traduction de Dominique (mon espagnol est un peu rouillé :-)). Le temps est passé si vite. Couleurs, énergies, 3ème 4ème et 5ème dimensions, vibrations, canalisation, images, chamanisme, … Je ne peux traduire, au sens propre et figuré, tout ce qui s’est dit ou passé.

 

 

Je rencontre Sonia pour son premier voyage outre Atlantique, en cette journée caniculaire de juillet 2019. Non seulement je suis en nage, mais je ressens une nervosité impatiente, semble-t-il occidentale. Sonia est calme, même si, comme moi, elle attendait cette rencontre. Nous nous faisons un « abrazo » naturellement.

La mère de Sonia « voit ». Elle a le pouvoir de rentrer en chacun. Et pourtant, elle avait peur, sous le poids de la religion, que Sonia se mette à canaliser. On pratique, mais on ne le dit pas trop fort.

 

"La religion, que ce soit le catholicisme, puis le protestantisme, ou encore les sectes, ont énormément perturbé la culture ancestrale du pays." Dominique

Ainsi, un « maître » a pris Sonia sous son aile dans les enseignements de sagesse, lorsqu’elle s’est retrouvée seule avec ses enfants après le décès de son mari. Ce fut une évidence : elle avait toujours canalisé, sans le savoir. Sonia reçoit les messages des défunts et pratique l’écriture automatique. On vient la voir lorsqu’un membre de la famille est décédé. Sonia écrit les messages d’autres personnes, et a vécu d’autres vies dont elle a des souvenirs précis. Le travail est important pour canaliser.

Lorsque je lui demande comment elle "s'entretient", elle répond :

« Il faut méditer 3 fois par jour, pendant 20 minutes. Avant le petit-déjeuner, avant le déjeuner, et au coucher. Mais on fait comme on peut, car on a tous une vie quotidienne. »
 

Pas de sensationnalisme : Sonia travaille d'abord son niveau vibratoire et s'évertue à accéder à la sagesse de l'esprit. Faire vibrer le chakra du cœur, là où réside "el Cristo". L'Amour Universel.


 

Séverine : En janvier 2019, j’ai senti pendant 2 semaines mon corps vaciller lorsque j’allais faire ma marche matinale dans la nature. Comme s’il fallait que je suive un mouvement. J’ai ensuite canalisé la vibration à venir de l’année, et j’ai envoyé un message aux personnes que j'accompagne leur disant que 2019 allait être importante pour les choix de vie. J'avoue que très peu ont saisi la portée de mes propos, alors que Dominique me confirmait que les chamanes qu'elle avait rencontrés en Afrique et en Amérique Latine avaient capté la même chose.

Sonia : Oui, la vibration de la Terre a changé. Si nous ne suivons pas, la Terre va nous sortir. Car notre vibration ne correspondra pas à la sienne. La Terre a une vibration tellement élevée, que si nous ne l’atteignons pas, nous devrons en sortir. Nous devons accéder à cette vibration, par nos processus spirituels. « El amor » (l’Amour) et « el servicio » (le service, au sens de quelque chose de plus grand que soi) qui est la vibration maximum de l’amour. Sinon, le corps souffre. Si nous ne faisons pas de changements importants dans la vie, nous allons résister, et comme une bombe, exploser. Parce que le corps ne le supportera pas.

Notre planète vibre de la couleur violette, si forte, que cette vibration se répand dans tout le système solaire. Ainsi, le changement n’est pas qu’à notre niveau, mais aussi au niveau du système solaire entier. Il y aura un jour un seul monde. Un seul gouvernement. Toutes les énergies vont s’unir.

Nous aurons le choix de le faire ou pas. C’est une époque de quête. De travail sur soi, de recherche intérieure, de connexion, ce qui est compliqué. Nous avons tous une vie qui nous prend du temps.


 

Cette année est donc une année de choix. Ce que j’ai "canalisé", est-ce ma partie sage qui me disait cela ? Une énergie supérieure, comme celle de l’univers ?

Il existe une différence entre la voix qui vient de l’intérieur, et les messages supérieurs. Les maîtres peuvent choisir d’autres personnes pour transmettre des messages. Ce sont eux qui choisissent.


 

Certains disent en France qu’ils canalisent tel ou tel maître ascensionné, telle ou telle "entité". Moi, je ne sais pas. Je dis que je canalise l’énergie de l'univers. Après tout, est-ce important de savoir ?

Ce n’est pas le plus important de savoir, mais vous pouvez demander pendant la canalisation qui est là. Vous allez recevoir immédiatement la réponse.

 

 

 

 


 

 

 

 

Alors chaque personne a ce potentiel ?

Nous vivons sur Terre. C’est une quête avant tout. En Colombie, il y a une culture ancestrale. Nous vivons à cette époque, et les cérémonies chamaniques doivent être effectuées comme les anciens le faisaient. Sinon, cela devient compliqué. Ici, le Chamane s’appelle « Taita » ou « el abuelo / la abuela ». Cela signifie le sage.

A l’heure actuelle, beaucoup de “chamanes” qui veulent gagner de l’argent font leurs cérémonies dans des habitations contaminées, par des esprits mauvais, où il y a des perturbations à cause des téléphones ou des ordinateurs par exemple. Ça n’a plus aucun sens. Il faut que la cérémonie se passe dans une ambiance purifiée, sans pollution électromagnétique.


 

Nous portons aussi la contamination de notre voiture.

Oui et celle des gens. La contamination mentale, émotionnelle. Le stress.


 

Et du lieu.

En Colombie, il faut qu’il y a ait une ambiance, la musique. Toute l’harmonie avec quelque chose de spécial. Un endroit rond appelé « maloca », recouvert d’un toit ou non, avec un feu au milieu. Parfois des bancs en pierre. On fait les cérémonies autour du feu. Il est arrivé que des Chamanes fassent des cérémonies pour gagner de l’argent, et les gens sont tombés malades. Il y avait une mauvaise intention.


 

Dominique confirme avoir été conviée à participer à certains rituels, et être partie à la grande course car cela lui semblait dangereux ou néfaste. Trouver un ou une vrai(e) “Taita » est difficile aujourd’hui. Ce n'est pas celle ou celui qui attend le touriste à la descente du bus. Parfois, il faut marcher plusieurs heures dans la forêt pour en trouver qui pratiquent les rituels dans le pur respect des traditions.

Je prends la pleine mesure, ce dont j’étais convaincue, des lieux « thérapeutiques » dans lesquels on pratique certaines techniques énergétiques. Des espaces occupés par plusieurs personnes, des gens de passage qui laissent leurs énergies « polluées », et le praticien qui ne nettoie pas son espace entre chaque patient ou client.


 

En France, on aime bien mettre des gens dans des cases avec des certifications.

Chez nous, on ne dit pas qu’une personne est chamane par exemple. On dit qu’elle sait faire ceci ou cela, qu’elle guérit, qu’elle reçoit les messages, qu’elle libère, etc... On s’en fiche de savoir si elle a un diplôme.

 

 

« Nous pouvons vivre avec des personnes avec lesquelles nous avons vécu des vies antérieures. Nous pouvons vivre en harmonie de manière extraordinaire avec quelqu’un, sans se parler. Sentir à distance ce qui se passe. Nous avons été en lien avec cette personne, avant ».


 

Sonia corrobore ainsi ce que je pense : on peut canaliser, communiquer avec les mondes, recevoir des "messages", avoir accès à des espaces extraordinaires, tout en restant bien ancré et les pieds sur terre.

Le travail quotidien sur soi, l’élévation vers la sagesse font partie des clefs.

"Un abrazo" Sonia.

Sonia et moi nous sommes rencontrées. De part et d'autre de l'Atlantique, notre façon de percevoir les Mondes qui nous entourent et nos questionnements sont identiques.

L'énergie se passe de frontières.

Etre chamane,

c’est d’abord la sagesse.

Puis la connaissance des éléments supérieurs.

C’est tout.

Un canal qui communique des Dieux à la Terre.

Une personne qui sait sentir les énergies de la « Terre Mère »

et les énergies supérieures.

 C'est quoi "être Chamane" en Colombie ? Car il y en a un peu partout dans le monde :

Mongolie, Corée du Sud, Afrique, Océanie, .... Ici, en France, l’image que les gens ont souvent du chamanisme est amérindienne, les attrape-rêves, les plumes, l’usage d'herbes pour "partir" !!!

  • Facebook Social Icône
  • Youtube
  • LinkedIn Social Icône
  • Icône social Instagram

Politique de confidentialité :

sverinecamus-lesite.com est hébergé sur la plateforme Wix.com, permettant d'avoir accès aux informations et services proposés par le site et échanger sur messagerie dédiée. Vos données peuvent être stockées par le biais du stockage de données, des bases de données et des applications générales de Wix.com, sur des serveurs sécurisés derrière un pare-feu.

Lorsque vous remplissez un formulaire sur ce site web, les informations personnelles que vous transmettez, telles que votre nom, prénom, adresse et adresse e-mail, ne seront utilisées que pour la communication des informations et l'accès aux services relatifs à ce site, et aux fins suivantes :

  1. Fournir et exploiter les services proposés sur severinecamus-lesite.com.

  2. Contacter les abonnés et souscripteurs depuis la messagerie de severinecamus-lesite.com.

  3. Créer des données statistiques de severinecamus-lesite.com.

  4. Se conformer aux lois et règlements applicables.